« APRÈS LE ONZE MARS » de Monique DOUILLET

BONJOUR et GRAND MERCI à MES LECTEURS DU BLOG !

Mon roman « Après le onze mars » est sorti le 23 septembre 2013 (en version papier). Il était annoncé en promotion sur ce blog au tarif de 16 €, frais de port compris et vous pouviez le réserver. Le vendredi 27 septembre, les 55 exemplaires mis en promotion étaient épuisés.

Il sera dorénavant nécessaire de commander le livre au tarif de 19€, frais de port compris, soit à la maison d’édition : http://www.editionslangloiscecile.fr/
soit dans l’une de ces librairies : Decitre, Tiens ? à 18€, Amazon à 18,50€.

> Quelques librairies non virtuelles présenteront l’ouvrage, essentiellement en région parisienne, mais je n’en ai pas encore la liste.

Je serai également présente sur des salons. Le premier salon aura lieu le dimanche 13 octobre à Vaux Le Pénil 77, le second les 23 et 24 novembre à Paris 16e et Romilly. À Lyon je ferai des signatures à l’espace culturel Lyon Japon et à l’association d’écriture de Vaulx en Velin : »Dans tous les sens ».

4e de couverture :
Que ce soit par le hasard des rencontres ou de leurs échanges par courriels, les personnages se construisent au fil du récit, se découvrent peu à peu, évoluent par la confrontation au fil de l’actualité, sur deux années. À travers les visages et les paysages qui se dessinent, de Lyon à Marseille, de Kyoto à Osaka, l’auteure dresse un véritable constat sociologique de la société du XXIe siècle aux prises avec les questions que posent les mutations en cours. L’originalité du livre réside dans l’efficacité d’une écriture multiple de ce roman « choral ».

Note de l’éditeur :
Une description lucide, mais non dénuée d’humour de différents types humains, destinées individuelles confrontées à l’Histoire qui se déroule sous nos yeux.

Dans la colonne de droite de ce site, à la rubrique « Liens » vous trouverez un blog intitulé « après le onze mars, roman de M. Douillet » qui récapitule toutes les informations sur le livre, les avis des lecteurs, la presse, les salons et dédicaces programmés et des extraits qui présentent les principaux personnages.

KLAUS, éthologue canin par Monique DOUILLET

Ce portrait, à l’origine présent dans le recueil « La Julie et autres caractères » a été éliminé de la dernière version du livre sorti fin avril. L’écriture ne me convenait pas. La construction du récit non plus. Cette nouvelle version me parait meilleure.

À VOUS DE ME COMMUNIQUER VOTRE AVIS.

Je m’appelle Klaus Martin, mon projet professionnel : « Éthologue canin », mon niveau d’études : bac + 7 », annonça le jeune homme d’une voix grave et agréablement modulée. Petit et svelte, habillé de noir, il avait le maintien d’un danseur, cette façon de se tenir légèrement cambré et de porter la tête haute. Il était remarquable par la finesse de ses traits, un regard brun foncé caressant, ombragé de longs cils, un profil parfait. Dès que des yeux se posaient sur lui, ses lèvres charnues s’entr’ouvraient automatiquement sur un sourire plein de promesses.
Pour lire cliquez sur le PDF : Klaus 3-07-13

« APRÈS LE ONZE MARS » par Monique DOUILLET

Comme promis, mon livre intitulé « après le 11 mars » sortira… après le 11 mars. Il vient de sortir sur Amazon et sera probablement début mai dans les autres librairies numériques (Apple, Kobo, Chapitre.com, Decitre…)
C’est mon premier roman, une expérience et la découverte d’une nouvelle démarche, complètement empirique !
Je n’avais écrit que des textes assez courts, toujours « prétendument » sur la réalité.
Là, je suis partie d’un mince projet : élargir les débats contradictoires que ma copine Erell entretenait par mails avec son copain de droite, au fil de l’actualité. Ils me faisaient penser à Bouvard et Pécuchet tous les deux.
J’ai commencé à écrire en avril 2011, trois semaines après une actualité particulièrement lourde : Fukushima. Je savais que je ne quitterais pas ce fil, car le souvenir de Hiroshima était resté ancré en moi depuis que j’en avais pris connaissance, stupéfiée, à l’âge de seize ans, grâce au film d’Alain Resnais. Comment m’avait-on laissé ignorer pendant 16 années cet événement qui avait eu lieu deux semaines après ma naissance ?

Le reste de l’histoire s’est tissé au jour le jour, Shoko est apparue au titre de figurante au bout de quelques semaines et s’est imposée comme un des personnages principaux, à ma surprise. Pour écrire, je me suis servie de tout ce qui me traversait l’esprit, en espérant que ce n’était pas tout à fait par hasard (que ça traversait), et que le résultat ne serait pas forcément décousu.
À vous de voir.
Petit à petit, les faits se sont enchaînés et ont déroulé une histoire qui m’a emmenée à Kyoto, où je ne suis jamais allée. Alors je suis partie à la rencontre de Japonais et de Français qui ont longtemps vécu au Japon ; ça m’a bien plu.

Pour lire la critique de Lester, cliquez ici : Intro après le 11 Mars 28-04

CDD gagne au loto, par Monique DOUILLET

(Extrait du roman « Après le 11 mars »)
« CDD » est le pseudo de Claude Dorval, le « copain de droite » d’Erell, brocanteur et anarchiste.
Le roman sortira en mai 2013 chez Syllabaire-éditions, en numérique. Il pourra être lu sur Kindle Amazon, Ipad Apple ou toute autre tablette en version e.book, sur liseuse Kobo FNAC, ou liseuse Decitre. Sinon, à défaut, en PDF sur n’importe quel ordinateur. Une promotion sera organisée pour son lancement au tarif prohibitif de 1,99 €.

Guéret samedi 17 novembre 2012

Claude avait besoin de marcher, il ne parvenait pas à calmer la fébrilité qui s’était emparée de son corps. Il allait sur la petite route qui le ramenait chez lui… Son ticket de loto est dans sa poche, il le tient à l’intérieur de sa main crispée comme par peur qu’il s’envole. Le résultat, il l’a eu tout à l’heure au comptoir de son bistrot. Mais il n’a pas pipé, il ne voulait pas que le bruit coure et puis il a peur de s’être trompé. De temps en temps il ressort le billet et relit le numéro en l’approchant de son nez. Comme il est myope, une fois il avait confondu un 8 et un 6. Dès qu’il sera chez lui, il fera une vérification sur l’ordinateur. Il aurait besoin de quelque chose de fort pour se remettre, un whiskey par exemple, tiens un Jameson de vingt ans d’âge.
Pour lire, cliquez sur le PDF :Claude Dorval gagne au loto

Kyoto : 4° lettre d’Erell – Extrait de « Après le 11 mars » Monique DOUILLET

Kyoto, vendredi 9 novembre 2012, à 18 h : 00, Erell@orange a écrit :
Cher CDD,
Je t’ai promis de ne pas t’infliger la soirée diapos sur les jardins et les temples, au retour, mais je ne peux résister à t’expédier quelques notules saisies lors des promenades que nous avons faites au nord-ouest de Kyoto, le long de la rivière Kamo, dans les monts Kumara et sur les berges du lac Biwa. J’en conserve des souvenirs éblouissants de couleurs mêlées : celles des kakis tombés parmi les feuilles rouges ou agrippés aux branches nues comme des décorations de Noël, celles des verts changeants, reflets d’arbres moussus et de fougères dans les étangs, celles des tapis de feuilles roses et orangées, celles des allées bordées d’érables cramoisis, celles de la lumière blanche et dorée qui inonde les maisons de bois sombre et trace le chemin qui grimpe à travers les arbres, sur le mont Hiei.

Pour lire, cliquez sur le PDF Kyoto 4e lettre

VOYAGE AU JAPON. PREMIÈRES IMPRESSIONS d’ERELL par Monique DOUILLET

APRÈS LE 0NZE MARS 2011
Cinq personnages, deux femmes et trois hommes vaquent à leurs occupations dans la France d’après le 11 mars 2011. Ils habitent respectivement à Lyon, Guéret, Arles, Marseille et Sainte-Maxime. Quatre d’entre eux se sont « rencontrés » sur la toile.
À la fois juge et partie, tantôt narratrice, tantôt actrice, Erell, jeune retraitée inclassable, passe sa vie à se promener, au rythme des trains régionaux, à observer la société qui l’entoure, à tisser et entretenir des liens. Elle a trois amis, le libraire chevelu de Marseille (admirateur de Che Guevara), le brocanteur anarchiste de droite (ardent défenseur des animaux qui habite au fin fond de la Creuse) et surtout Shoko qui se trouve à un tournant de sa vie. Trois mois après le désastre de Fukushima, Shoko, jeune femme japonaise qui vit en France depuis 19 ans, retourne à Kyoto pour les funérailles de son père. Différentes raisons la décideront à se réinstaller dans son pays pour y jouer un rôle, en dépit de ses sentiments pour Julien, l’imprévisible Julien qui apparaît et disparaît. Par ricochet, cette décision va changer quelque chose dans la vie de chacun de ses amis.
L’histoire débute en avril 2011 et connaîtra son dénouement en mars 2013, en traversant l’actualité française et japonaise du moment.

Ci-dessous un extrait du roman « APRÈS LE ONZE MARS », en cours d’écriture.
Vous trouverez d’autres textes sur le Japon ci-dessous, regroupés à la rubrique Nouvelles et romans de Monique Douillet : points de vue de Monsieur Kinbara (eh oui c’est un nom japonais), lettres de Shoko, témoignages sur Fukushima et l’évolution de l’opinion.
Cliquez ici pour lire le PDF : lettre de Kyoto d’Erell

CLOCHEMERLE EN LIMOUSIN de Monique Douillet

Nouvel extrait du roman en cours, « Après le onze mars ».

Guéret, lundi 23 juillet 2012 à 11 h : 55, cdd@aol.com a écrit :
Chère Erell,
Lydia et moi, nous sommes connus dans notre quartier pour notre amour des chats. Personnellement, j’adore traquer les chats sauvages avec mon appareil photo et de temps en temps je les nourris un peu. Cela nous a valu plusieurs altercations avec des voisins, du style :
— Cessez de les attirer !
— Pourquoi ?
— Pollution.
— Ah oui, l’hygiène.
— Ensuite ils viendront déféquer dans nos potagers.
— Oh ! ça fait de l’engrais…
— Beuh ! Je ne viendrais pas manger chez vous !
— Justement on n’avait pas envisagé de vous inviter.
— De plus ils tuent les oiseaux !
— C’est la loi de la Nature…
— Sans parler de la concurrence qu’ils font aux chasseurs,
— Avouez que le combat est inégal, etc.

L’affaire est montée à la mairie qui a pondu une circulaire alarmante, distribuée dans les boites aux lettres du quartier. Ce qui nous a fait rire dans leur argumentation, c’est le calcul théorique auquel se sont livrés les auteurs de la note, affirmant qu’une chatte donnait jour à plus de onze mille chats dans sa vie… Cliquez sur le PDF : Clochemerle en L vb

MONSIEUR KINBARA par Monique DOUILLET

Marseille, le vendredi 13 juillet 2012

Erell a reçu un courrier de Shoko, son amie qui vient de repartir au Japon, à Kyoto, où elle est née. Celle qui a passé vingt ans en France, redécouvre son pays. Elle a adressé à Erell des extraits du récit de vie de monsieur Kimbara, le vieux voisin de ses parents, qu’elle traduit en français. (extrait du livre « Après le 11 mars » en cours d’écriture).
Pour lire, cliquez sur le PDF : Kimabara v2 27-09

MONDIALISATION de Monique DOUILLET

Extrait de « Après le 11 mars »
Depuis plusieurs mois, Erell et CDD ( copain de droite) s’affrontent régulièrement sur toutes sortes de sujets. Ils le font régulièrement par courriel, leurs controverses peuvent porter sur l’actualité, la philosophie, la science, la religion… « Rien de ce qui est humain ne leur est étranger ». Ils ne sont spécialistes d’aucune matière mais curieux de toutes. Ils ressemblent un peu à des Bouvard et Pécuchet contemporains, piochant les infos à droite et à gauche et beaucoup sur internet.
Cliquez sur le PDF pour lire : Mondialisation v2