TRANCHE DE VIE À AKBOU PETITE KABYLIE – Juillet 2005.

vendredi 15 juillet 2005 arrivée – samedi 16 juillet LES HOMMES-MUR

dimanche 17 juillet LA DEMANDE EN MARIAGE – lundi 18 juillet LE BON-MANGER

mardi 19 juillet LA PRÉDICTION DE MOHAMMED – mercredi 20 juillet GUENZET

jeudi 21 juillet SOUVENIRS D’ENF(R)ANCE – vendredi 22 juillet ARESKI

samedi 23 juillet LE DJURDJURA – dimanche 24 juillet EL WATAN (L’INDÉPENDANT)

lundi 25 juillet JOURNÉE FEMMES À BÉJAÏA – mardi 26 juillet LE FRANÇAIS EST NOTRE BUTIN DE GUERRE

mercredi 27 juillet BOUIRA … – jeudi 28 juillet MATOUB LOUNES – vendredi 29 juillet départ

BLOG Récit AKBOU (19 pages)

3 pensées sur “TRANCHE DE VIE À AKBOU PETITE KABYLIE – Juillet 2005.”

  1. Je dois avouer que ce blog m’épate un peu par son élégance de style et sa densité ! ! !

  2. Un récit assez bien détaillé, avec des personnages et des endroits qui me sont familiers. Vous m’avez offert un voyage gratuit vers Akbou-ma région de naissance et de tendre jeunesse- qui vous accueille avec son couloir de sirocco et sa forte luminosité. Cependant, je suis resté sur ma faim, sans doute frustré par le fait que je n’ai pas retrouvé le lieu de mon enfance comme j’ai l’habitude de l’apercevoir. ce que vous avez décrit et vu, ressemble plus à une pâle copie d’un lieu de vie à l’européenne qui est de circonstance, vidé de son âme. Qu’aurait-il vu l’Akboucien de la Provence avec ces yeux de « conquérant »? peut être le vieux port de Marseille et les cités alentours.

  3. Ah ! Que cette visite inattendue me fait plaisir ! Une visite d’un Akboucien de surcroît. Ce que j’ai décrit et vu, de mes yeux d’européenne est certes superficiel car je n’y ai passé que deux semaines et, de plus, en compagnie de l’amie qui m’invitait, émigrée, vivant en France depuis 25 ans.Comme j’ai aimé ce séjour, je compte le renouveler pour approfondir ma connaissance. Mais, dites, il ne m’échappe pas que vous avez l’habitude d’écrire d’après la tournure de ce commentaire. Je vous invite bien volontiers, à nous offrir ici-même, votre vision d’Akbou, faite de souvenirs d’enfance, si je comprends bien, et confrontée à l’actualité. Car Akbou se développe en tous sens.
    Encore merci pour ce retour, désolée de vous avoir déçu, comment pourrais-je restituer les forts souvenirs d’une enfance ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *