DE TA FENÊTRE par D’Ailleurs

…Je prête une attention démesurée au fait, depuis qu’un matin, au petit jour, j’y ai aperçu un beau jeune homme torse nu et ses volutes de fumée dans l’entrebâillure ainsi qu’un gros chat noir et blanc prudemment pelotonné sur l’appui étroit et sans garde-corps…
Lire :De ta fenetre

5 pensées sur “DE TA FENÊTRE par D’Ailleurs”

  1. Quelle élégance, D’ailleurs!De l’art de faire ressortir du commun des couleurs de vie. Un phrasé qui m’épate,sans effet inutile,coulé dans l’œil comme un miel légèrement acide, qui fait miroiter votre âme attentive, avec un rien de distance, une poétique du regard. Merci
    Jean-Pierre

  2. Moitié voyeuse, moitié voyante, mais toujours avec humour et bienveillance. Plus gentil que les Deschiens, plus chaleureux que Georges Perec. Au fait, quel écrivain vous a marqué/ marquée ?

  3.  » De l’élégance, une âme attentive, un rien de distance…Mi voyeuse , mi voyante, humour, bienveillance… » Je prends Messieurs! Je ne boude jamais le plaisir que procure la douceur d’un compliment. C’est pourtant aux anonymes à qui j’ai volé ces instants de vie de mon perchoir que je dois vos observations élogieuses et votre enthousiasme. Je partage donc les honneurs de mon César avec mes acteurs fétiches : LES AUTRES…
    La vie m’a enseigné que les gens normaux, quand on change d’angle de vue ont tous, quelque chose d’exceptionnel.
    Quant aux écrivains qui m’ont marquée : Flaubert, Duras, Desproges, Baudelaire, Rimbaud, Albert Cohen, Coluche, Eluard …Et tous les contributeurs et auteurs de ce blog, sans oublier tous ceux dont je ne fais que rédiger la vie ou rapporter les mots.
    Merci, pour ce printemps précoce!

  4. Coucou d’Ailleurs. Un vrai régal de lecture, tes descriptions sont criantes de vérité et l’on rit de bon coeur. Cette « fenêtre avec vue » est un poste d’observation unique. Bravo !
    (Anouk)

  5. Sur le coup je te trouvais bien curieuse, mais ensuite je me suis dit que tu es chez toi et les promeneurs se proposent à ton oeil, et puis c’est si gentiment conté qu’il n’y a pas outrage, ce sont des épisodes de vie qui s’offrent à toi et que tu nous transmets, alors merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *