Chronique n°2 : Chers auditeurs, Areu… Lester L GORE

Vous avez lu la première ?
Lester continue et enfonce le clou !
Avez-vous remarqué qu’il semble de bon ton de ne plus employer les termes « mère »
et « père » ? On dit : « papa » et « maman », prononcer « pôpa », « Manman ».
Pour désigner leur progéniture, les gens qui causent dans le poste (et surtout les animatrices)
ont ouvert les vannes à leur créativité, donnant naissance à des termes tels que « p’tits bouts »,
« bouts de chou » (prononcer « boutchou »)…
Pour lire, cliquez sur le PDF : Chronique 2

4 pensées sur “Chronique n°2 : Chers auditeurs, Areu… Lester L GORE”

  1. … De quoi faire oublier surtout que tous ces petits « NENFANTS » seront endoctrinéS dès l’école pour s’engager dans l’armée et aller tuer d’autres « NENFANTS » très vilains ceux-là… CHANTAL BOCHARD

  2. Voilà bien longtemps que je n’étais pas venue faire un tour sur le site de Monique et je ne ferai pas le tour de mes (mauvaises) excuses, juste un mea culpa.
    Ceci dit, bravo Lester pour cette réflexion bien sentie sur nos journa… euh animateurs télé il est vrai qu’on a de plus en plus la sensation d’être infantilisés.
    Le style est toujours aussi agréable, incisif sans devenir cynique, rien à redire. Je vais vite aller lire la première chronique à présent.

    Perro

  3. Bonjour Perroccina ! Je regrette de ne plus avoir de nouvelles de toi depuis feu Syllabaire ! Des « nouvelles » justement en as-tu écrit de nouvelles ?
    Quand tu passes sur ce blog, Perro, je t’invite à parcourir celles des autres auteurs. La dernière livraison n’est pas mal du tout.

    Je voudrais dire à Lester que le langage « gna gna » témoigne de l’infantilisation de la société tout entière. Les vieux sont les premières victimes, souvent résignées, de la tendance. Dès que tu as des cheveux blancs ou une canne, tu peux t’attendre à te faire interpeller par le quidam qui se veut bienveillant d’une petite voix doucereuse : « Alors Papy, on fait sa promenade ? » avec ce « on » qu’on réserve aux petits enfants et aux déficients mentaux. Monique.

  4. Tout cela m’amuse beaucoup ! Mais je n’en suis pas irrité pour autant… J’ai tendance à me mettre du côté des speakerines : elles font comme elles peuvent, avec le contrôle permanent de la chaîne. Et puis, après tout, ce n’est pas si facile d’interviewer des enfants. Quant à nous prendre pour des bébés ou des pépés, des mémés, c’est autre chose !!! C’est le retour à l’enfance. Pas forcément chez ceux que l’on croit…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *