En réaction au manifeste 451 de Lester L GORE

Le « Manifeste 451 » me fait un peu de peine. Il m’évoque le barrissement nostalgique du dernier mammouth s’enfonçant dans ce qui –peu de temps– avant était un permafrost solide et fiable. Il en a jusqu’aux genoux, mais il se débat encore, bien qu’il sache qu’il est trop tard pour lui. Il se souvient que quand ses petits camarades lui disaient d’évoluer, de s’adapter, parce que le temps se réchauffait drôlement, tout de même, il leur riait à la trompe. Il arguait que, de toutes les manières, évoluer était une absurdité, puisque le mammouth était la race la plus évoluée de la toundra, et que rien ne pourrait jamais dépasser en adaptation, en élégance et en efficacité la mammouthitude ultime et parfaite qu’il représentait. On connaît la fin de l’histoire…

Et vous, cher lecteur, vous commencez à connaître le mauvais esprit plein de verve de notre contributeur et ami Lester L Gore qui a été libraire dans sa précédente vie. Chut !
Pour lire la suite cliquez sur le PDF :En réaction au manifeste 451

4 pensées sur “En réaction au manifeste 451 de Lester L GORE”

  1. J’adore ce texte. Vraiment, quelle intéressante réflexion et quel travail !
    Bravo. Je vous trouve parfois un brin prétentieux et provocateur, mais là, je dois dire que j’ai apprécié et pour une fois, au moins, je me trouve en plein accord avec vous.
    Ce texte à la mérite d’être très amusant et puis, bien franchement, je crois que j’aurai souvent l’occasion désormais de parler de la mammouthitude. Tiens, je vais tenter, à la première occasion de le faire. Je vous donnerai le résultat. Promis !
    Chantal Bochard.

  2. Je ne connaissais pas le manifeste 451, maintenant oui !
    Avec un humour sarcastique Lester lève la main et crie « celui qui n’a jamais pêché, qu’on lui coupe la tête ».. Eh, ainsi va le monde. L’homme évolue avec le temps, sauf que le temps va plus vite que lui. Pauvres conservateurs que nous sommes… matérialistes jusqu’au bout des ongles. Nous nous rebellons envers celui qui voudra remplacer nos pantoufles par des parquets tactiles d’où chaque pas devient une note de musique…. à bas les blasphémateurs !!!!
    Vive Lester L.Gore !!!

  3. Bien vu Lester. ça, c’est une vraie leçon d’histoire. Et elle n’est pas finie ! Et puis quelle écriture ! A tel point que je m’inquiète un peu quant à la diffusion… Tout de même, dans le monde librairique, il y a des résistants contre l’inertie et l’industrie mercantile, et qui font un sacré boulot pour sauver … l’écriture tout court. Car on en est là.
    JPierre Treille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *