RÉUNION DE BOURREAUX – Chantal BOCHARD

… Elle est mignonne même avec une clope au bec, même avec les yeux gonflés du manque de sommeil. De courbettes en sautillements, elle s’en va ramasser son sac contre la banque, prend la clé de son bureau dans un tiroir et revient vers moi. Elle pose une main sur mon bras, je sursaute, évite de peu la catastrophe d’une pile de tasses qui s’effondre dans un fracas d’enfer :
C’est avec moi que tu vas travailler… Enfin, quand tu auras fini le café. Elle cligne des yeux, ricane encore. Tu peux en faire beaucoup à cause de la réunion. Il se tiendra chaud dans le thermos. Bon, j’espère que tu es en forme… Son rire a changé, il est plus aigu.
Le téléphone sonne. Il nous dérange, nous rappelle ce lieu sinistre dans lequel je devrai rester confinée sept heures par jour. Georgina fait une grimace, soupire, pointe un doigt vers mes lèvres :
– Déjà le téléphone… Tu vas voir, ici, tu ne vas pas t’ennuyer !
Elle pousse encore un petit rire, soupire en faisant une grimace, tire sur sa clope, tâte ses poches…
– Oups ! J’ai encore oublié mon briquet, se pointe vers la banque pour prendre celui de Thérèse et son bras reste en suspens.
Quand Thérèse décroche, nos regards se figent. Est-ce une bombe ? Le silence s’abat lourdement sur la pièce.
Cliquez sur le PDF : Réunion de bourreaux